James Bond

Publié le par Teddy Bear

Son nom est Bond... James Bond ! Vous connaissez tous ce fameux espion britannique avec ses gadgets, ses belles voitures et ses belles filles qui a pu "fréquenté" ^^. Sachez que James Bond, c'est avant tout un personnage d'une série de romans écrit par Ian Fleming, un écrivain britannique qui est lui même un ex-espion. Il écrira sa première aventure en 1953 dans "Espions, faites vos jeux" (appelé "Casino Royal" dans son adaptation cinématographique en 2006). James est un homme sans-peur, rusé et séduisant. Son matricule en tant que agent secret est 007.

James Bond, c'est aussi une série de films célèbre réalisée par la famille Broccoli, où plusieurs acteurs ont su se faire connaître grâce à 007. Sean Connery fût le premier à jouer le rôle principal, il jouera dans 7 films sous le costard de Bond de 1962 à 1971. George Lazenby fera qu'un rapide passage puisqu'il ne jouera que dans un seul film, "Au service de sa majesté" en 1969. On comptera alors sur l'humour particulier de Roger Moore, qui jouera dans 7 films, tout comme Sean Connery, de 1973 à 1985. Timothy Dalton prend le relais mais malheureusement pour lui, il ne jouera que dans 2 films : "Tuer n'est pas joué" et "Permis de tuer". En 1995, après quelques années d'absence, James Bond revient sur le grand écran avec cette fois-ci Pierce Brosnan. Sa première prestation, "Goldeneye", devient un succès planétaire et relance la série "James Bond". Brosnan jouera dans 3 autres opus. Enfin, depuis 2006, Daniel Craig prend le flambeau en jouant dans deux films, "Casino Royal" et "Quantum Of Solace". Un troisième film avec Craig sera sans doute prévu.

 

Bref, passons à la partie qui nous intéresse, car James Bond est aussi une série de jeux vidéos qui existent depuis le début des années 80, édité tout d'abord par Mindscape et Dormak puis ensuite par Electronic Arts depuis la fin des années 90.

Le premier jeu est "James Bond 007", sorti en 1983 sur Comodore 64, Atari 2600/5200 et Colecovision. Comme dans tout les jeux de ces consoles, ce jeu est très simpliste et qui ne dure pas très longtemps. Il s'agit juste d'un simple jeu de shoot avec un véhicule.

 

Heureusement, on change de style en 1985 avec "A View to a Kill" sur Commodore 64, Spectrum, CPC et MSX. Cette fois nous jouons en vue à la première personne en conduisant votre voiture, comme dans "Shining in the Darrkness" (voir l'article sur "Shining"), et vous jouez aussi à la troisième personne en visitant des bâtiments pour accomplir votre mission.

 

En 1987, la console Amstrad CPC sera la seule console à accueillir "The Living Daylights". Cette fois, vous jouez Bond à la troisième personne où vous devez traverser les niveaux en courant, en évitant les obstacles et les tirs ennemis. Ce qui est dommage, c'est que les niveaux se répètent, ce qui devient de plus en plus lassant.

 

En 1989, "Licence To Kill" ("Permis de Tuer") apparaît sur de nombreuses consoles, notamment sur Atari, Commodore 64, MSX, Amstrad CPC, etc... Il s'agit d'un jeu de shoot en vue de dessus, où vous incarnez James qui devra accomplir sa mission, comme dans le film "Permis de Tuer" avec Timothy Dalton.

 

1 an plus tard, "Operation Sleath" sort sur Amiga, Atari ST et DOS. Il s'agit d'un jeu d'aventure de type point and click où vous jouez le rôle de John Glames, un agent de la CIA qui doit enquêter sur la disparition d'un avion furtif en Amérique latine. Vous allez vous demandez quel est le rapport avec James Bond... Et bien ce jeu est en fait un clin d'oeil au fameux espion britannique, en parodiant ses répliques célèbres (Mon nom est Glames... John Glames). D'ailleurs "John Glames" ressemble étrangement à l'anagramme de "James Bond". Lorsque le jeu sortira aux Etats-Unis, il aura pour nom "James Bond : The Stealth Affair" et le héros portera le nom de James Bond.

 

La même année, une vraie adaptation de James Bond sort sur Amiga, Atari ST, Commodore 64, Amstrad CPC et ZX Spectrum : "The Spy Who Loved Me" ("L'espion qui m'aimait"). Le but est de conduire plusieurs véhicules et éliminer vos ennemies. La version Amiga est plus beau graphiquement que la version Atari ou Commodore 64.

 

En 1991, c'est au tour des consoles de Sega d'accueillir James Bond avec "James Bon 007 : The Duel" sur Master System, MegaDrive et Game Gear. Vous incarnez James dans un jeu de plate forme où vous devez d'abord sauvez de jeunes dames en détresse et ensuite poser une bombe et de sortir du niveau avant que le site explose. Vous aurez une arme pour tuer vos ennemis, mais vous pouvez aussi vous cachez pour les éviter.

 

En 1992, nous incarnerons le neveu de James Bond dans un jeu sur NES et Super Nintendo : "James Bond Jr.". A l'origine, "James Bond Jr." était un dessin animé de 1991, entre "Permis de Tuer" et "Goldeneye". Le jeu est du type plate-forme. Dans la version NES, vous devrez arrêter un méchant qui a kidnappé des scientifiques pour pouvoir construire un silo à missile.

 

En 1997, 2 ans après le succès du film "GoldenEye", Nintendo décide de mettre James Bond à la 3D sur Nintendo 64, en faisant un jeu qui reprend le premier film avec Pierce Brosnan : "GoldenEye 007". Le jeu reçoit un accueil très chaleureux de la part des joueurs et des critiques. Vous jouez en vue FPS et vous suivez les aventures de James Bond, où le scénario reprend celui du film. Vous devez infiltrer une base soviétique avec votre co-équipier Alec, allias 006. Mais la mission se passe mal et James perd son ami Alec, abattu par le colonel de l'armée soviétique. Plusieurs années plus tard, James est envoyé en Russie pour enquêter sur l'utilisation d'une arme satellite appelé le "GoldenEye". Le jeu bât des records de ventes et se classe dans les meilleurs jeux au monde à cet époque. En 2010, une version Wii de "GoldenEye 007" a été sorti, édité par Activision. L'histoire a quelque peu changé, Daniel Craig joue le rôle de James, au lieu de Pierce Brosnan, et les lieux de l'intrigue ne se déroule pas aux mêmes endroits.

 

En 1999, la PlayStation fait honneur à un film de James Bond qui est "Demain de Meurt Jamais" ("Tomorrow Never Dies"). Contrairement à "GoldenEye 007", le jeu se joue cette fois en vue à la troisième personne et vous incarnez Bond comme dans le film de 1997. Il doit affronter Elliot Carver, un magnat de la presse qui est le principal directeur du journal Tomorrow, publié dans les quatre coins du monde. Carver veut faire éclater une guerre nucléaire entre le Royaume-Unis et la Chine en utilisant un sous-marin furtif. Ce jeu est moins bien que "GoldenEye 007" à cause de sa maniabilité en vue à la troisième personne.

En 2000, le troisième film avec Pierce Brosnan apparaît sur PlayStation, Nintendo 64 et Game Boy : "Le monde ne suffit pas" ("The World Is Not Enough"). Dans la version PSone et N64, vous contrôlez James en vu à la première personne, comme dans un FPS. La version Nintendo 64 est le mieux réussi avec des niveaux assez vaste, on retrouve un peu le gameplay de "GoldenEye 007". Les sons et bruitages sont réaliste et la musique vous met dans l'ambiance. Le scénario est le même que celui du film, James doit protéger Elektra King, fille du magnat du pétrole Robert King, assassiné. James devra mener l'enquête en Azerbaïdjan.

 

C'est en 2001 que James Bond apparaît sur les consoles de sixième génération avec "James Bond 007 : Espion pour cible" sur Playstation 2, Xbox et Game Cube. On continue à jouer en vue FPS, il n'y a pas de grandes nouveautés par rapport au jeu "Le monde ne suffit pas". L'histoire cette fois-ci ne vient pas d'un scénario d'un film de James Bond. Notre espion doit enquêter sur une industrielle, Adrienne Malprave, soupçonnée d'actions illégales dans son entreprise. Bond découvrira alors qu'elle mène des expériences sur le clonage humain...

http://image.jeuxvideo.com/images/p2/j/b/jb07p2014.jpg

http://www.lesjeuxvideo.com/img/jeux/42/007-espion-pour-cible-ps2-6.jpg

 

La même année, "007 Racing" sort sur Playstation. Il s'agit d'un jeu de combat motorisé où vous roulez plusieurs voitures vu dans les films de James Bond, comme par exemple l'Aston Martin de "Goldfinger" ou bien la BMW Z3 de "GoldenEye".

 

En 2002, un nouveau bon jeu sort sur PC, Playstation 2, Game Cube et Xbox : "007 : Nightfire". Vous incarnez James Bond, joué par Pierce Brosnan, qui doit arrêter Raphaël Drake. Drake veut détruire des industries qui détruit l'environnement en envoyant des missiles nucléaires. Le jeu est en tir subjectif et on retrouve les grands classiques des jeux "James Bond", comme l'utilisation des gadgets ou bien le PP7 avec son silencieux. Vous avez un grand arsenal d'armes, vous pouvez utiliser jusqu'à 25 armes et gadgets. Le point faible du jeu est sa durée de vie, en effet on peux finir le jeu en quelques heures seulement. Heureusement que l'option multijoueur est présent pour sauver la mise. Comme dans les films de James Bond, vous pouvez admirer un générique au début du jeu.

 

Nous sommes en 2004 et une nouvelle aventure inédite de James Bond sort sur Playstation 2, Xbox, Game Cube et Game Boy Advance avec "007 : Quitte ou Double" ("007 : Everything Or Nothing"). Bond doit cette fois-ci délivrer une scientifique prise en otage, Katya Nadanova, et enquêter sur l'utilisation de nanorobots, des petites machines qui peuvent être utilisé comme une arme puissante. Il partira aux Pérou sur les traces d'un ancien membre du KGB, Nikolaï Diavolo, qui a l'intention de les utilisés. Niveau gameplay, Electronic Arts adopte la vue à la troisième personne pour changer un peu, ce qui n'est pas un défaut si on n'égalise pas la maniabilité de "Demain ne meurt jamais" sur Playstation. D'ailleurs le graphisme est plutôt réussi, avec un Pierce Brosnan toujours aussi élégant. Lorsque vous finissez le jeu, vous pouvez relever des défis pour pouvoir débloquer des codes triches ou bien d'autres bonus.

 

Plusieurs mois après, "GoldenEye : Au service du Mal" sort sur Playstation 2, Xbox, Game Cube et Nintendo DS. On revient au tir subjectif façon FPS. Vous jouez un agent du MI6 démis de ses fonctions d'agent secret pour avoir "tuer" James Bond lors d'une simulation holographique de mission. Il travail alors pour Goldfinger, qui le charge d'empêcher le Dr. No de s'emparer d'une arme, l'Omen. Si le jeu porte le nom du gros succès de 1997, "GoldenEye", c'est juste pour une affaire commercial. Le jeu a été critiqué péjorativement à cause de sa durée de vie courte, un moteur graphique médiocre et une intelligence artificielle peu travaillé.
http://img.jeuxvideo.fr/photo/00176946-photo-goldeneye-au-service-du-mal.jpg
http://img.jeuxvideo.fr/photo/00176945-photo-goldeneye-au-service-du-mal.jpg
En 2005, Electronic Arts fait une réadaptation d'un des films de James Bond, joué par Sean Connery : "Bons Baisers de Russie" sur PlayStation 2, Xbox, Game Cube et Playstation Portable. Le jeu reprend le concept de "007 : Quitte ou Double", la vue à la troisième personne, le contrôle des gadgets, etc... Le jeu reçois un accueil à peu près bonne, histoire d'oublié "GoldenEye : Au service du mal".

 

En 2008, Activision prend le contrôle de la marque "James Bond" et pour la première fois, Daniel Craig prête son visage au jeu vidéo avec "Quantum Of Solace" sur PC, PlayStation 3, Xbox 360, Wii et Nintendo DS. L'histoire est la même que celle du film sorti sur le grand écran la même année, Bond doit enquêter sur une mystérieuse organisation appelé Quantum. Durant sa mission, il rencontre Dominic Greene, dirigeant de la société Greene Planet.

 

En 2010, Activision décide de faire le remake de "GoldenEye 007" avec cette fois-ci l'acteur Daniel Craig sur Wii et Nintendo DS. Le jeu portera le même nom que le jeu original. L'histoire est à peu près la même, à quelque différence près. En effet il n'y a pas que Daniel Craig qui volle la vedette à Pierce Brosnan, tout les acteurs originaux du film sont remplacés. Même les lieux où se passe l'intrigue ont complétement changé pour coller un peu au style de Daniel Craig. Sinon, dans la version Wii, les graphismes sont au top et le gameplay ressemble beaucoup à celui de "Call Of Duty : Black Ops" réalisé par la même entreprise, Activision. L'atout majeur du jeu est le mutijoueur. Que ce soit entre amis ou en réseau sur internet, on retrouve le même fun qu'en 1997 dans la version Nintendo 64. Le point faible du jeu est en mode solo, car les personnages du jeu n'ont pas assez de punch, ce qui donne un scénario mou par rapport au film.

 

Enfin, fin 2010, "Blood Stone 007" sort sur PC, PlayStation 3, Xbox 360 et Nintendo DS, en attendant le prochain film avec l'acteur Daniel Craig.

http://img.jeuxvideo.fr/photo/03379730-photo-james-bond-blood-stone.jpg

 

http://www.lemagjeuxvideo.com/wp-content/uploads/2010/11/bloodstone-aston-martin-007.jpg

 

Finalement, James Bond n'est pas connu que dans les livres et dans les films. Il est aussi présent dans le monde du jeu vidéo ! Notre agent secret a connu deux périodes : l'avant "GoldenEye" et l'après "GoldenEye". Au tout départ, les jeux était dans les anciennes consoles peu connus, et l'aventure était en 2D. Les jeux étaitent souvent bof bof, même voir médiocre. Il faudra attendre alors "GoldenEye 007" sur Nintendo 64 pour que les jeux soit de plus en plus appréciés par les joueurs. Même si certains jeux ont fait un flop, beaucoup ont eu leur moment de gloire comme "Le monde ne suffit pas" sur Nintendo 64, "007 : Quitte ou Double" sur PS2, Xbox et Game Cube ou alors "GoldenEye 007" sur Wii.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article